MONDE


PARIS : LA GRANDE COLERE DES POMPIERS

En octobre dernier, les pompiers avaient manifesté par milliers à Paris. Il n'avaient reçu, pour seule réponse, que des coups de matraque, des éclats de grenade, et le mépris du pouvoir. Un pompier avait été éborgné par un tir de la police. Un autre avait reçu une sanction de sa hiérarchie pour avoir crié sa colère. La répression des pompiers avait scandalisé la France. Ce 28 janvier, ils étaient de retour dans la capitale, décidés à se faire entendre. D'entrée de jeu, les pompiers ont mis le dispositif policier sous pression alors qu'ils étaient encadrés de très près. Pétards, fumigènes, les affrontements ont éclaté après que des CRS aient tabassé les premiers rangs avec une violence inouïe. Une brèche a été ouverte dans un mur anti-émeute, des pompiers sont montés sur un canon à eau, le périphérique a été envahi, un bouclier de CRS volé. L'audace et la colère ont été grandes. Et la répression pire encore : des dizaines de grenades explosives jetées, des blessés innombrables, des nasses et des arrestations. La fracture entre le pouvoir et la population, quels que soient les secteurs, est de plus en plus immense.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes